JUSTE AVANT LA MISE A FEU : « Pendant tout le trajet j’aurai envie de décharger une pleine kalachnikov sur ma voisine d’en face, de brûler le…


JUSTE AVANT LA MISE A FEU : « Pendant tout le trajet j’aurai envie de décharger une pleine kalachnikov sur ma voisine d’en face, de brûler le siège social de la SNCF, de penser aux 6 millions d’euros dépensés par cette même SNCF deux jours plus tôt à l’occasion de l’inauguration présidentielle de la ligne Paris-Bordeaux et au fait que plus jamais je ne voudrai donner un centime ni même avoir de près ou de loin quelque rapport avec cette funeste entreprise de transport ferroviaire, pendant tout le trajet je me demanderai comment ne plus jamais prendre le train dans cette France là, celle de 2017, la nôtre.»
★ Une aventure de Jeanne Casilas dans Révolution permanente
See Translation


Jeanne Casilas
octobre 27, 2017

6 millions d euro dépensés et non dépensées. Foutre il n y a pas de correcteur à Révolution permanente. Merci Tieri ♡☆♡.

Sophie Bird
octobre 27, 2017

Oui sauf l’envie de décharger une kalach, ça c’est inadmissible comme propos. Je suis d’accord avec tout le reste mais il faudrait ne pas céder à cette violence en usant de violence à son tour. Ce sont des mots, certes, la rage, la colère, les marches, les manifestations, protéger, défendre, empêcher la police de maltraiter, mais éviter ce langage de haine, le contourner avec élégance, même si le coeur bondit au bord des lèvres avec une étrange nausée..

    Jeanne Casilas
    juillet 11, 2017

    Madame le fait d etre un etre pensant autorise toutes les pensées. Tant qu elles ne se transforment pas en actes. Je peux souhaiter la mort de quelqu un, cela ne fait pas de moi un assassin, ni en droit, ni en rien. Relisez Dostoievsky et Les freres Karamazov ou meme Freud si vous voulez creuser le sujet et proteger ce monde de la vraie violence qui, contrairement au champ de la pensee, n est ni libre ni virtuelle.

    Sophie Bird
    juillet 11, 2017

    Je les ai lus, mais je trouve que l’écriture littéraire et l’émotion  » à chaud » n’ont rien à voir. Je me méfie de ma propre émotion aussi..

    Sophie Bird
    juillet 11, 2017

    Surtout sur fb où ça flambe en deux secondes

    Jeanne Casilas
    juillet 11, 2017

    Ou pour le dire autrement, l ecriture est souveraine.

    Sophie Bird
    juillet 11, 2017

    Certes, oui..

    Jeanne Casilas
    juillet 11, 2017

    Votre retention et vos poses vous regardent madame.

    Tieri Briet
    juillet 11, 2017

    Jeanne, c’est quoi ce texte en photo ?

    Jeanne Casilas
    juillet 11, 2017

    Sarah Kane. 4h48 psychose.

Tieri Briet
octobre 27, 2017

★ J’ai choisi ce texte. J’ai choisi cet extrait. Est-ce à moi de les défendre ? Oui ? Je veux bien essayer. Je pense que la violence militaire et policière en France est devenue d’autant plus intolérable qu’elle n’a pas encore trouvé de riposte textuelle. Ce texte est une tentative de riposte. Je le trouve valeureux. Preux et valeureux, comme autrefois les paladins d’Arthur.

    Jeanne Casilas
    juillet 11, 2017

    Merci Tieri. C est en effet pour ne pas céder à la violence reçue que j écris et c est un travail tres long. De transformer ces coups en structure symbolique. C est justement fondamental de ne pas confondre les degrés et les natures de la violence.

    Jeanne Casilas
    juillet 11, 2017

    Pour pouvoir en sortir.

    Laurence Hersant
    juillet 11, 2017

     » Avant de mourir, il eût le temps d’appeler une mouche, Madame « 

    Jeanne Casilas
    juillet 11, 2017

    C est beau c est de qui?

    Laurence Hersant
    juillet 12, 2017

    René Char

    Jeanne Casilas
    juillet 12, 2017

    La vie est etrange. Ce soir la en rentrant chez moi j ai tué une mouche bizarre. J ai voulu l assommer d un coup avec une bombe depoussierante pcq j avais rien d autre. Ca n a pas marché et j ai mis deux minutes a la noyer puis l achever. Elle continuait de bouger. Détruire entierement le vivant prend tant de temps en vérité que des chances nous sont données à chaque seconde, malgré les apparences (des clips hollywoodiens).

    Laurence Hersant
    juillet 12, 2017

    Cette phrase de René Char, est issue de ses feuillets d’hypnos qui me tiennent éveillée, un comble. Ecrits datant de la résistance, « dernière » guerre mondiale reconnue à ce jour. Tu y trouveras, si tu le souhaites, de quoi réfléchir le miroir de ce qui nous est donné à vivre.

Lu Castar
octobre 27, 2017

Tout à fait d’accord avec ça

Eve Zheim
octobre 27, 2017

« … je refuse fondamentalement de vivre dans un monde de cette sorte, de frayer avec des gens de cet acabit, de donner le moindre centime à une entreprise de cet ordre. Certes l’avion c’est trop cher, les compagnies aériennes c’est pas mieux, l’autoroute c’est du béton payant qui sert aussi à construire des prisons et le covoiturage c’est chiant mais en attendant de devenir un point fixe et un cadavre je préfère encore ne pas, je préfère ne plus jamais :

Tes rails Frankreich, fous les toi dans le canon de tes armes, o pays de la liberté, deuxième exportateur d’arme de l’Univers, pays natal, que deviens tu ? Qui sommes nous ? Et où aller ? » Merci Jeanne Casilas, merci Tieri Briet

Annie Lacour
octobre 28, 2017

bravo pour cet article courageux qui rend bien l’atmosphère poisseuse qui règne dans ce fichu pays de France !